Virus de la fibromyalgie et de l’herpès: existe-t-il un lien?

Malgré la réaction négative instantanée à la pensée du virus de l’herpès et son association avec les maladies sexuellement transmissibles, il existe un certain nombre de virus de l’herpès différents, notamment ceux responsables de la varicelle, du zona et de Epstein Barr (mono). Même ceux qui ont les stéréotypes les plus négatifs sont beaucoup plus courants que les gens croient; environ 90% des personnes ont été exposées au HSV-1 (herpès buccal ou herpès labial) et le nombre d’herpès génital est pratiquement identique. Une fois exposés à l’un de ces virus, ils peuvent rester en sommeil dans votre corps et se réactiver à tout moment, généralement en réponse au stress. Alors, y a-t-il un lien entre la fibromyalgie et l’herpès?

Compte tenu du chevauchement des symptômes entre la fibromyalgie et Epstein Barr, il n’est pas surprenant que les chercheurs envisagent un lien possible; Je sais que j’ai certainement fait. J’avais mono quand j’étais au lycée. Je ne me souviens pas beaucoup à ce sujet si ce n’est que je me sentais très fatigué. Ce dont je me souviens, c’est plus tard (au cours des deux prochaines décennies) que j’aurais ce que j’appelais un «mono récurrent» bien que plusieurs médecins me disent que l’on ne peut pas devenir mono plus d’une fois (ce qui a été sérieusement mis en doute depuis. par de nombreux médecins et chercheurs). Ma gorge serait douloureuse, mes ganglions lymphatiques enflés, je me sentirais mal (comme la grippe) et épuisée. C’est généralement après plusieurs semaines que je courais à plein régime et j’ai compris que mon corps s’effondrait après que je l’ai poussé trop fort. En 2006, alors que je luttais contre les infections à streptocoques toutes les deux semaines, j’ai réussi à obtenir un médecin pour faire un test de dépistage d’Epstein Barr et un test positif pour une infection active (tant pour ne pas pouvoir l’obtenir plus d’une fois). ). Les analyses de sang ont parcouru un long chemin en deux décennies. La fibromyalgie, pour moi, ressemble beaucoup à ces épisodes de mono, parfois même aux ganglions enflés et à la fièvre légère qui étaient fréquents chez les mono récurrents. Il est donc compréhensible que je puisse me demander s’il existe ou non un lien entre les deux. ressemble beaucoup à ces épisodes de mono, parfois même aux ganglions enflés et à la fièvre basse qui étaient communs avec le mono récurrent. Il est donc compréhensible que je puisse me demander s’il existe ou non un lien entre les deux. ressemble beaucoup à ces épisodes de mono, parfois même aux ganglions enflés et à la fièvre basse qui étaient communs avec le mono récurrent. Il est donc compréhensible que je puisse me demander s’il existe ou non un lien entre les deux.

Les recherches concernant le chevauchement de la fibromyalgie et d’Epstein Barr remontent à (au moins) 1987. Buchwald, Goldenberg, Sullivan et Komaroff ont examiné 50 patients atteints de fibromyalgie et les ont testés pour le test d’Epstein Barr. Les niveaux du virus dans leurs systèmes n’étaient pas significativement différents de ceux des contrôles sains et malsains. Les méthodes utilisées pour diagnostiquer la fibromyalgie étaient, à cette époque, beaucoup moins strictes que les directives de 1990 préconisées et probablement plus similaires aux directives actuellement acceptées. Deux groupes de contrôle ont été utilisés pour cette étude, l’un contenant des témoins sains, l’autre patients ayant reçu un diagnostic d’au moins une maladie chronique. Un grand nombre de patients (27%) ont signalé des maux de gorge fréquents, ainsi que de nombreux autres symptômes communs à Mono, mais pas à Fibro.

VCA-IgG indiquant que la personne avait eu le virus à un moment donné existait chez presque tous les participants (quel que soit le groupe). Il est important de noter que beaucoup de personnes peuvent avoir le Mono et ne jamais montrer aucun symptôme. VCA-IgM sans anticorps anti-EBNA indique une infection récente; aucun des patients Fibro n’a été testé positif pour VCA-IgM. Les anticorps anti-EBNA indiquent une infection antérieure; cela a été constaté chez la plupart des participants, peu importe le groupe. Compte tenu des résultats, il est presque impossible de dire que l’herpès n’est pas lié à Fibro, ou que ce soit le cas. Puisqu’ils ont testé contre des contrôles sains (et malsains) et qu’ils ont tous présenté des preuves d’infections passées, il est possible que leurs contrôles sains ne soient pas aussi sains qu’ils le pensaient, que le groupe de contrôle malsain a peut-être eu des problèmes de chevauchement qui n’ont pas été diagnostiqués. d’autres choses,

Note secondaire – Une des choses vraiment intéressantes dans cette étude qui m’a frappée est que même en 1987, les rhumatologues rapportaient croire que les patients fibromyalgiques représentaient le plus grand pourcentage de leurs patients. Ceci est de retour avant que les critères de diagnostic initiaux aient été définis, et bien avant que la plupart des médecins ne croient réellement que la fibromyalgie existait. Évidemment, les trois médecins impliqués dans cette étude croyaient en la fibromyalgie. Peut-être que les patients Fibro les ont recherchés pour cette raison.

En 2012, Hedberg a indiqué que le virus d’Epstein Barr latent avait été associé à de nombreux troubles auto-immuns, notamment la sclérose en plaques, la thyroïdite de Hashimotos, la PR, le syndrome de Sjogren, les chrons et bien d’autres, souvent considérés comme des troubles chevauchants de la fibromyalgie. Il a également rapporté une mutation génétique dans le sang qui permet à Epstein Barr de s’accroître et de se maintenir, ce qui peut conduire à des problèmes auto-immuns.

Beaucoup plus de recherches ont été menées sur le syndrome de fatigue chronique (SFC); Epstein Barr et Herpes Virus 6 ont tous deux été associés au syndrome de fatigue chronique; Le syndrome de fatigue chronique est également diagnostiqué chez jusqu’à 70% des personnes atteintes de fibromyalgie. On s’interroge beaucoup sur le point de savoir si Fibro et SFC peuvent être deux entités distinctes ou deux extrémités du même spectre.

Bien sûr, tout cela nous amène aux récentes conclusions de Dr.’s Duffy et Pridgen de l’Université de l’Alabama (Roll Tide!). Ils ont étudié les possibilités de traitement de la fibromyalgie, de la douleur chronique et du SCI avec une combinaison d’antiviraux habituellement utilisés pour traiter le VHS-1 (boutons de fièvre). Ils ont trébuché sur ce traitement potentiel presque par accident et sont maintenant sur le point de passer aux essais de phase III. C’est peut-être ce qui lie le virus de l’herpès à la fibromyalgie (et aux affections connexes) et pourrait apporter un soulagement significatif à beaucoup d’entre nous.

Partagez ceci:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

error: Content is protected !!